Chaussure-vide-romain-blot

Chaussures réalisées dans l’atelier Walter Steiger. Talon réalisé avec l’aide précieuse de Lou Force Réalisé avec le soutien de la Fondation Bettencourt Schueller

Sac-Pliage-Romain-Blot

Sac Pliage Grand Modèle

Sac-Pliage-petit-Romain-Blot

Sac Pliage Petit Modèle

Chaussure-Cristal-Romain-blotglass-Fabrik

Chaussure en Cristal réalisée dans l’atelier de Glass-Fabrik. Avec le soutien de la Fondation Bettencourt Schueller

Publicités

Photo : Telly JALILY

Concours Podium Jeunes Stylistes
.

Photo : Telly JALILY

Défilé

Photo : Vincent PERCEVAL

Photo : Vincent PERCEVAL

Photo : Vincent PERCEVAL

Transposition du chiton au vêtement contemporain : le chemisier et la jupe .

      Nos corps sont aujourd’hui de plus en plus dénudés, allant jusqu’à la nudité impudique du porno chic, que la mode et la publicité ont exploité pour diffuser de l’image, un « corps-produit », une fausse libération.
     J’utilise la charmeuse de soie, pour montrer le corps par transparence. Ce corps est ainsi perturbé, là où on le souhaiterait le plus caché. En effet, avec la transparence du vêtement, l’ouverture de celui-ci au niveau des seins et du pubis, découvre le corps, le montre dans ses défauts, dans ses faiblesses.
    Corps désirable ou corps perturbé. De ce corps figé découle ma deuxième silhouette, en reprenant la forme du chiton mais pas son aspect. Le but est de donner au vêtement par l’utilisation du cuir et du tissu, l’illusion figée de la statue, tout en gardant la souplesse dans le porter pour donner corps à l’opposition entre statuaire et vêtement. Donner au vêtement la rigueur de l’uniforme par l’apport de col renforce cette idée de structure et de rigidité.
   Replacer le vêtement dans son origine de par sa forme et sa matière, tout en l’inscrivant dans une vision contemporaine du dévoilement du corps féminin, par la transposition de la nudité grecque à la nudité féminine actuelle.
.
Photo : Laurene TRESCARTE

Photo : Laurène TRESCARTE

Les schizophrénies ont souvent été associées à la folie. Elle a de tout temps été écrite, jouée, représentée, prenant toutes sortes de formes, sorcellerie, ostracisme… Les personnes atteintes de ces troubles sortent du cadre des normes de pensée et des tenues sociétales. Ainsi, en rapprochant les schizophrénies du vêtement, je ne veux pas montrer la schizophrénie d’un habit, ou le vêtement d’un schizophrène, j’introduis dans le vêtement des données qui sont celles du trouble de la perception d’une personne schizophrène. Je traite de trois notions clef que j’ai relevées au cours de mes recherches. Le faux-semblant, la disjonction, et le lissage sont traités séparément sur le vêtement dit basique. /

Mannequin – Han Wen/ Photographie – Romain Blot/